Profacility - Workplace : Design, Build & Operate
Workplace Projects > Offices
| FR | NL
image (0)
image (1)
Une localisation idéale pour favoriser les déplacements en train : les portes du 34, Boulevard Simón Bolivar se trouvent précisément à 290 m du centre du hall du Centre de Communications Nord (CCN).
image (2)
image (3)
Jean-Louis Samson (à gauche), directeur du Patrimoine et de la Logistique d’Electrabel – GDF SUEZ, Philippe de Roos (à droite), Architect Partner d’Altiplan
image (5)
Philippe de Roos : « la zone commune, dite “informelle” a été conçue avec une générosité voulue de l’espace, une respiration, qui répondent à une certaine standardisation des zones de travail. »
image (6)
image (7)
la zone informelle comprend des postes de travail existant en versions ouverte et « bubbles », ces derniers destinés aux échanges (éventuellement téléphoniques) plus confi dentiels.
image (8)
image (10)
Un niveau de fi nition et d’ameublement identique pour tous les postes et tous les services.

GDF SUEZ TOWERS


Relocalisation et regroupement : GDF SUEZ saisit l’occasion

Profitant d’une occasion imprévue, le groupe énergétique a trouvé au Quartier Nord de Bruxelles l’implantation correspondant idéalement à ses besoins de regroupement. Le projet « GDF SUEZ Tower », se déroule en deux phases dont l’une est complètement achevée et entrée en service, et l’autre sort juste de terre.

La genèse du projet GDF SUEZ Tower repose sur un enchaînement d’occasions liées aux mouvements du marché et aux réactions des différents acteurs pour transformer ces aléas en opportunités pour toutes les parties. Le premier événement déclencheur remonte à 2008 : c’est l’année de la fusion de GDF et de Suez et donc d’Electrabel. À cette époque, le nouveau groupe fusionné occupe 13 implantations dispersées dans tout Bruxelles, et les baux de la plupart de ces sites viennent à échéance en 2014. « Il s’agissait d’immeubles relativement âgés, assez énergivores (certains ne disposaient même que de simple vitrage) et d’une localisation qui n’était pas optimale, explique Jean-Louis Samson, directeur du Patrimoine et de la Logistique du Groupe. Alors que faire pour optimaliser ? Déménager ? Renégocier ? Centraliser ? La réflexion était entamée. »
C’est à ce moment qu’intervient un deuxième événement majeur et ses conséquences en cascade, notamment pour Fortis : la crise financière de 2009. Or AG Real Estate était occupé à construire un nouveau siège pour Fortis... Face à la situation, et sachant GDF SUEZ en recherche d’une solution de regroupement, AG Real Estate prend l’initiative de proposer l’immeuble en construction au groupe énergétique.
« Le projet en était déjà au stade du gros oeuvre pratiquement terminé, se souvient Jean-Louis Samson. Il s’agissait pourtant de l’adapter à nos besoins et cela dans un délai très court, car cette proposition nous amenait à mettre en place le regroupement des services bien plus tôt que planifié. Pour l’adaptation, nous avons fait appel à Altiplan, avec qui nous avions déjà eu une collaboration très satisfaisante, notamment pour la transformation du site de l’Arbre Bénit et l’adaptation de l’immeuble Régent. Mais le bureau Jaspers-Eyers & Partners, auteur initial du projet, s’est montré lui aussi très coopérant. Nous avons décidé de travailler sur le principe d’un étage-type, avec un cloisonnement standard répété du haut en bas de l’immeuble, et avec des finitions identiques partout, même à l’étage de la Direction. C’est seulement ensuite que nous avons contacté les services appelés à déménager, en les prévenant qu’on ne modifierait pas le cloisonnement standard. »
Cette façon de procéder assez directive et à contrecourant de ce qui se pratique (aménager différemment en fonction des souhaits des services concernés) est une des solutions qui ont permis de gagner du temps et de respecter les délais. Ce principe sera lui aussi appliqué à la phase 2 du projet qui sort actuellement de terre juste à côté de l’immeuble déjà occupé.
« Une autre raison de cette standardisation est la vitesse à laquelle la société évolue : si nous planifions des espaces en fonction des activités actuelles, le temps que l’immeuble soit achevé les activités auront encore changé ! Les espaces sont conçus pour être aussi polyvalents que possible. ».

Open space mixte
La forme en H des plateaux permet à chaque poste de travail de bénéficier de lumière naturelle. Les fenêtres peuvent s’ouvrir (des détecteurs coupent alors la climatisation) et le triple vitrage y apporte un confort thermique et acoustique exceptionnel : les engins de chantier évoluant à quelques dizaines de mètres s’activent dans un silence lunaire.
Seules les salles de réunion occupent les espaces centraux. Et même si elles sont privées de fenêtres, ces salles aux cloisons transparentes conservent une visibilité vers l’extérieur. L’espace de travail se répartit entre 50 % d’open space (où travaillent 70 % du personnel) et 50 % de bureaux cloisonnés à mi-hauteur, donc semi-ouverts. Les différents espaces alternent sur la longueur du plateau. Le principe du flex office n’y est pas appliqué, sauf pour les personnes dont l’activité implique un taux de présence inférieur à 50 % : celles-ci n’ont plus de poste de travail nominatif.
L’extrémité du H de chaque étage regroupe une série d’aménagements de convivialité : l’indispensable coffee corner et ses fauteuils invitant aux discussions de travail informelle, les « bubbles » dédiées aux conversations téléphoniques confidentielles, les tables de conversation à 4 places, en version ouvertes ou bubbles. Tous ces lieux de travail, ainsi que les salles de réunion sont équipés d’écrans muraux permettant de partager le contenu d’un document ou d’une présentation par simple branchement du PC portable. Une tendance vers le « zéro papier ».

Un rez-de-chaussée de services
Le rez-de-chaussée est consacré, dans l’immeuble actuel, aux fonctions de service : une conciergerie d’entreprise, gérée par Ekivita, propose un ensemble varié de services et de petits achats ; le catering comprend une cafétéria offrant sandwiches et petite restauration (avec potage frais offert quotidiennement à tous), et un restaurant classique (Aramark) proposant profusion de recoins à l’aménagement et au mobilier différents, afin d’éviter « l’effet cantine ». Ces services actuellement surdimensionnés, sont en réalité conçus pour les besoins des 3.100 personnes qui seront accueillies au total à l’achèvement de la phase 2. Le relatif éloignement du Quartier Nord par rapport à l’offre Horeca privée du centre ville ou de quartiers plus animés, justifie le niveau de l’offre interne proposée.
Toujours au rez, la réception temporaire actuelle sera supprimée et une entrée commune plus monumentale et plus prestigieuse sera créée dans l’autre immeuble attenant, en construction.

Performance en développement durable
À lui seul, le volet « sustainability » mériterait un (long) article, et nous y reviendrons dans un prochain numéro thématique de Profacility. Citons simplement, pour l’instant, les technologies mises en oeuvre : 180 forages de 100 m de profondeur pour la phase 2 du projet, la plus importante réalisation belge de géothermie ; 500 panneaux photovoltaïques en toiture ; free chilling nocturne ; triple vitrage ; chaudières à condensation ; étanchéité à l’air renforcée ; éclairage LED ; détecteurs de présence ; ascenseurs intelligents ; récupération d’eau pluviale ; tri sélectif des déchets ; installations sanitaires économes ; critères de saisonnalité et de bio pour le catering ; remplacement de 450 imprimantes individuelles par une centaine d’imprimantes multifonctions ; consommation future en énergie primaire de 95 kWh/m2/an, soit le tiers de la consommation moyenne des bureaux climatisés en Belgique.

Importance de la perception
Lumière naturelle pour tous, possibilité d’ouvrir une fenêtre dans chaque bureau même si c’est « inutile », quasi certitude de n’avoir pas à attendre l’ascenseur, niveau de finition égale pour tous, générosité de l’espace dans la « zone informelle », moquette dès la sortie des ascenseurs (lesquels sont rassemblés dans une tour technique décloisonnée) au lieu du marbre… Voilà des exemples de tous ces éléments qui font appel à la perception, et pour tout dire à la psychologie des occupants. Le tout fait de cet immeuble un endroit paisible, agréable parce que pratique et feutré, empreint d’une grande sérénité.
Il s’y ajoute plusieurs éléments de satisfaction pour les porteurs de ce projet : qu’il se soit concrétisé conformément à la vision de 2008, mais plus tôt que prévu, à la satisfaction complète des utilisateurs, et avec une économie de fonctionnement de 20 % due aux performances du bâtiment et aux effets d’échelle obtenus en passant de 13 sites à un seul.
« Le fait d’être amenés à travailler ensemble en un même lieu beaucoup plus tôt que planifié est un avantage, remarque Jean-Louis Samson : un nouvel esprit s’installe, lié à la fusion, à la libéralisation, au fait d’être ensemble, plus efficaces, dans un nouvel immeuble énergétiquement performant… tout cela apporte du sens. » 

Partenaires et fournisseurs ayant participé au projet


BUREAU D'ARCHITECTURE - CONSTRUCTION


WORKPLACE DESIGN & BUILD


CLOISONS


DÉMÉNAGEMENT

Une localisation idéale pour favoriser les déplacements en train : les portes du 34, Boulevard Simón Bolivar se trouvent précisément à 290 m du centre du hall du Centre de Communications Nord (CCN).


Jean-Louis Samson (à gauche), directeur du Patrimoine et de la Logistique d’Electrabel – GDF SUEZ, Philippe de Roos (à droite), Architect Partner d’Altiplan
Philippe de Roos : « la zone commune, dite “informelle” a été conçue avec une générosité voulue de l’espace, une respiration, qui répondent à une certaine standardisation des zones de travail. »


la zone informelle comprend des postes de travail existant en versions ouverte et « bubbles », ces derniers destinés aux échanges (éventuellement téléphoniques) plus confi dentiels.


Un niveau de fi nition et d’ameublement identique pour tous les postes et tous les services.
L’étage de la Direction est doté d’un local de Téléprésence immersive de Cisco.
L’organisation spatiale du restaurant propose des espaces, des aménagements et des mobiliers différents, créant autant d’ambiances diverses, pour éviter l’effet cantine et proposer des modes de convivialité adaptés aux souhaits et aux circonstances




Last update: 16/10/2017 10:01:43