Accueil » News » Les exercices de sécurité restent lettre morte

Les exercices de sécurité restent lettre morte

Le Facility Manager est responsable d’une infinité de facteurs relatifs à l’environnement de travail de ses collègues, en ce compris la sécurité et la protection des personnes, des bâtiments et du mobilier. En plus de prévenir la souffrance humaine et d’endiguer les dégâts financiers, une partie des responsabilités sur le plan de la sécurité et de la protection porte aussi sur la garantie de continuité des processus au sein de l’organisation.

Une enquête menée en novembre 2015 par Manutan - fournisseur belge d’articles pour bureaux, magasins, ateliers et terrains industriels – en collaboration avec NovioData auprès de 1000 personnes de catégories d’âge différentes (50/50 Flandre et Wallonie) et actives dans des entreprises petites, moyennes et grandes, a montré que près de la moitié des travailleurs belges n’ont encore jamais effectué un exercice d’évacuation du lieu de travail. Peut-être plus inquiétant encore, le fait que la moitié de ces mêmes personnes ne savent pas où trouver les boîtes de premiers secours et n’ont même aucune idée de qui est le secouriste d’entreprise. L’enquête révèle d’autres constatations attristantes : environ un tiers ne sait pas où se trouve l’extincteur (27 % des Flamands, 30 % des Wallons) et 27 % des Flamands interrogés/36 % des participants wallons à l’enquête n’ont aucune idée d’un quelconque plan d’évacuation du lieu de travail.
Il est pourtant obligatoire d’établir un plan d’évacuation, de le faire connaître et d’effectuer un exercice d’évacuation annuel. Hélas, près de la moitié des travailleurs (41 % des Flamands, 46 % des Wallons) n’ont encore jamais participé à un tel exercice sur leur lieu de travail.

Prendre la sécurité au sérieux
Le nombre de secouristes d’entreprise qui doit idéalement être signalé dépend de la nature, de la taille et de la situation de l’entreprise, du nombre de personnes présentes et de personnes non autonomes. Légalement, il faut toujours au moins un secouriste présent, mais au-delà la loi ne prévoit rien de particulier.
Les règles légales ne sont pas très claires non plus quant au nombre minimum d’extincteurs et de boîtes de secours. Il est conseillé d’avoir un extincteur par 150 m2, avec un minimum de deux appareils par étage, pour autant qu’il ne soit pas question d’un risque accru d’incendie.
Une boîte de secours doit toujours être à portée de main. La règle est ici que l’on doit être en mesure de porter secours dans les 30 secondes.

Jan-Piet van Dijk, Operations Director Benelux de Manutan : « Nous donnons sur notre site web de nombreux conseils pratiques pour sécuriser le travail. Naturellement, il est important que les secouristes prennent la direction des opérations en cas de situations dangereuses. Tous les collaborateurs doivent aussi prendre conscience que chacun joue un rôle-clé dans sa sécurité propre et celle des collègues. Tout le monde doit savoir qui sont les secouristes, où se trouve la boîte de secours et où les extincteurs sont suspendus. »
Eduard Codde
08-04-2016