Accueil » News » Collaborateur du service nettoyage ou femme de chambre ?

Collaborateur du service nettoyage ou femme de chambre ?



Une journée d’étude organisée par la VSDV (Verantwoordelijken Schonmaak en Dienstverlening in Verzorginginstellingen) s’est penchée sur l’approche du nettoyage des chambres des patients sortants. De nombreuses expériences ont été échangées montrant qu’il est possible d’obtenir davantage d’efficacité et de satisfaction.
Le processus classique est le suivant : les collaborateurs logistiques couvrent le lit, ceux du service nettoyage nettoient la chambre, après quoi la logistique revient pour refaire le lit pour le patient suivant. Le déplacement des tâches logistiques ou leur interaction avec celles su service nettoyage peut augmenter aussi bien l’efficacité des collaborateurs que leur satisfaction. Une préparation interne en profondeur est toutefois requise, a témoigné Hilde Vandewege (AZ Sint-Jozef).
Le but de l’évaluation de la procédure ‘nettoyage départ patient’ (SOP) est d’éviter que les collaborateurs logistiques et de nettoyage ne doivent s’attendre mutuellement.

SOP-Team
Un certain nombre d’hôpitaux ont installé une ‘SOP-Team’ spécifique. L’intervention de la SOP-Team doit être demandée via un formulaire par le département. La façon de faire le lit est standardisée, ce qui suppose aussi des paquets de linge standard préparés qui comprennent tout ce qu’il faut pour faire le lit. Une concertation avec les laveries est recommandée pour que tout se déroule de façon fluide.
En outre, des procédures claires doivent être établies pour le rangement de la chambre, de sorte que chaque collaborateur impliqué sache précisément ce que l’on attend de lui ou elle. L’informatique peut apporter une contribution dans le cadre de l’enregistrement des demandes d’intervention de la SOP-Team et de la gestion de stock des paquets de linge. Ceci peut se faire aussi bien via la téléphonie DECT que via les réseaux LAN ou WLAN.
Une tendance se développe pour la création d’un ‘lounge départ’ pour les patients sortants qui attendent la famille ou des amis pour quitter l’établissement. Du fait qu’ils n’occupent plus la chambre, celle-ci est plus vite libre pour la SOP-Team et le patient suivant.

Priorités
Il est important de conclure de bons accords pour le service en dehors des heures de travail. Divers établissements utilisant une SOP-Team appliquent des horaires différents : 7 à 20 h, 8 à 21 h, 6 à 20 h,…
Un programme d’urgence est nécessaire pour le cas où des collaborateurs de la SOP-Team font défaut. On peut imaginer une ‘SOP d’urgence’ avec un infirmier en renfort. Il apparaît que 60 % des patients affluent vers les chambres via l’admission d’urgence. Dans ce cas, un facteur important ‘imprévisible’ et donc non planifiable joue un rôle. Il existe un besoin permanent de lits/chambres propres dans le département concerné.
Le nombre de patients sortants peut varier fortement d’un jour à l’autre. Typiquement, un pic se produit le vendredi. Le nombre de collaborateurs disponibles au sein de la SOP-Team doit y être adapté.
La SOP-Team peut être particulièrement sollicitée avec le transfert de patients entre les départements. Un transfert n’équivaut pas à une sortie, mais exige quand même un nettoyage complet de la chambre, comme lors de la sortie d’un patient.
Il existe un risque d’abus de la part du personnel infirmier, celui-ci demandant une intervention urgente de la SOP-Team alors que la chambre reste un long moment inoccupée par la suite.
Eduard Codde
30-05-2016