Accueil » News » La « Longue Marche » de la PEB continue

La « Longue Marche » de la PEB continue



Sous l’impulsion des directives européennes successives, la PEB poursuit son évolution permanente, à Bruxelles comme dans les autres Régions d’Europe. Cette lente mutation a été voulue ainsi par le législateur pour laisser le temps au secteur d’adapter ses pratiques et aux techniques constructives de se perfectionner.
Le 1er juillet 2017 marque donc une nouvelle étape dans ce calendrier de « durcissement » progressif des exigences de performance énergétique des bâtiments. Et cette étape n’est pas la dernière : c’est pourquoi il est utile de consulter le document très complet que Bruxelles Environnement met à disposition dans les deux langues pour expliquer le détail des modifications intervenues en janvier 2017, celles au 1er juillet 2017 et celles encore à venir au 1er janvier 2018.

Dans l’immédiat, qu’est-ce qui va changer au 1er juillet 2017 ?
  • Le principe de subdivision du bâtiment a été revu. Il n’existera plus que 4 types d’unité PEB et les unités PEB Non Résidentielles peuvent être composées de différentes « fonctions ».
  • Dans le cas de construction-rénovation faisant suite à une démolition (UAN – unité assimilée à du neuf ou URL – unité rénovée lourdement) les critères déterminant la nature des travaux ont été revus.
  • Le calcul du besoin net en énergie de chauffage (BNC) des habitations individuelles a été assoupli.
  • Pour les unités PEB non résidentielles, l’exigence BNC est supprimée suite à l’entrée en vigueur simultanée de la nouvelle méthode de calcul déterminant la consommation en énergie primaire.
  • Des améliorations sont apportées à la méthode de calcul déterminant la consommation en énergie primaire des unités résidentielles.
  • En ce qui concerne la ventilation, certaines conditions auxquelles les dispositifs de ventilation devaient répondre sont converties en recommandations, ceci dans un souci d’harmonisation avec les autres Régions.
Patrick Bartholome
13-06-2017