Accueil » News » Baisse controversée du taux d'occupation des Résidences-services

Baisse controversée du taux d'occupation des Résidences-services

Dirk De Baets, managing director de Triamant
Dirk De Baets, managing director de Triamant

‘Le défi du vieillissement de la population’ est de plus en plus prégnant, avec comme corollaire une pénurie alarmante d’immobilier adapté. Dans son introduction au congrès intitulé ‘Inspiring and Creative Management in the Health care Real Estate Market’, Danny Stas, modérateur, a suscité l’étonnement pendant Realty 2017 en pointant l’important taux d’inoccupation des résidences-services mises sur pied en tant qu’investissement privé. Moins étonnant : la constatation que la composante immobilière pèse trop lourd dans le coût total des soins (coût quotidien ou mensuel).

‘Profiter de la vie’
« Personne ne veut plus aller dans une maison de repos. Les maisons de repos se vident », a lancé d’emblée Dirk De Baets, managing director de Triamant qui représente environ 950 unités de logement. « Les modèles d’habitation classiques ont fait leur temps, parce que les gens qui se trouvent aujourd’hui dans la tranche d’âge des 60 - 70 ans veulent tout simplement vivre autrement ! »
L’espérance de vie a considérablement augmenté et va continuer à augmenter. En 2030, environ la moitié de notre population aura 80 ans ou plus. Après l’âge traditionnel de la pension, les années en bonne santé sont de plus en plus nombreuses. La technologie contribue en outre à faciliter les soins à domicile, à tel point que l’on peut quasiment parler d’hôpital à la maison. Le vieillissement n’est plu synonyme de déclin, ce qui génère aussi une modification des besoins de soins. De plus, quasiment plus personne ne peut/veut encore payer pour des soins classiques en maison de repos.
Il y a 15 ans, Triamant a mené une enquête, préalablement au déploiement de ses projets, afin de répondre à la question : ‘Comment voulez-vous vivre en tant que senior ?’. Résultat : la construction de projets immobiliers à vivre, pour jeunes et vieux, prévoyant des soins professionnels 24/24 et 7/7. Tout tourne autour d’une approche intégrée et d’une qualité de vie optimale. « Nous créons un modèle de voisinage vivant où chacun développe un sentiment d’appartenance », explique Dirk De Baets. « Un lieu avec une âme, voilà la base - avec une belle architecture - de chaque projet. »
Les personnes plus âgées veulent vivre leur vie, ne pas se faire materner et ne souhaitent certainement pas vivre isolées avec d’autres personnes du même âge. Elles désirent aussi vivre le longtemps possible avec leur partenaire, ce qui n’est pas toujours respecté dans les maisons de repos traditionnelles. Tout le monde veut bien manger et n’associe jamais cette envie à la cuisine conventionnelle des maisons de repos. On veut choisir soi-même entre ‘manger à l’extérieur’ ou ‘manger chez soi’, dans l’espace commun ou dans son propre logement. Selon Dirk De Baets, il est essentiel de garantir la sérénité aux alentours de l’habitation, ce qui suppose un confort à la mesure des attentes. L’habitation et les soins doivent constituer une combinaison solide. Les lieux de vie s’intègrent idéalement dans une commune équipée de voitures à partager. ‘L’autogestion de sa propre vie’, voilà qui résume précisément ce que le senior d’aujourd’hui attend.

Pas seulement pour les plus âgés
Eric Marijsse, managing director d’Inclusive Invest, a mis l’accent sur la grande pénurie de logements adaptés aux personnes souffrant d’un handicap. Ici aussi, le coût immobilier semble constituer le point névralgique dans le coût global des soins. L’organisation a notamment plaidé pour une baisse de la TVA à 6 % au lieu des 21 % actuels, mais hélas en vain. Parmi les autres pistes de réduction des frais, citons la location d’un immeuble adapté à une asbl ou un organisme de soins. De grandes possibilités existent pour attirer l’argent des épargnants par le biais d’une nouvelle législation. Eric Marijsse : « Il y a aujourd’hui en Belgique quelque 250 milliards d’euros sur des livrets d’épargne. Si 1 % de cette somme était exigible, on pourrait réaliser plusieurs milliers d’unités de logement adaptées. »
Inclusive Invest octroie 1 % d’intérêt sur le capital investi, garantit toujours l’investissement et propose une entrée et une sortie sans frais.
Eduard Codde
08-06-2017