Accueil » News » Facility management en première ligne pour la sécurité et la continuité

Facility management en première ligne pour la sécurité et la continuité

Yves Van Hooland
[+] Yves Van Hooland

La 33e Facility Night, organisée par Ki’Communications, s’est déroulée au Sheraton Hotel Brussels Airport, un lieu situé au cœur des tristes événements qui, il y aura précisément un an demain, ont plongé notre pays dans l’effroi. Les attaques du 22 mars 2016 figureront à jamais parmi les pages les plus sombres de notre histoire nationale.
Évidemment, dans de telles circonstances, il convient de rendre hommage à l’attitude professionnelle de toutes les équipes d’intervention, au personnel médical dans les hôpitaux, mais aussi aux gens victimes des actes de terrorisme pour avoir été là par hasard et qui ont apporté leur aide à d’autres encore plus mal lotis.
Mais le service facilitaire de l’aéroport est lui aussi passé immédiatement à l’action et a fait preuve d’une flexibilité, d’une créativité et d’une détermination sans précédent, malgré les contraintes liées à cette situation plus qu’exceptionnelle, pour continuer à faire fonctionner l’aéroport dans toute sa complexité comme si les attaques terroristes n’avaient été qu’un mauvais rêve…

Attaque terroriste, une situation d’urgence tout à fait particulière
« Notre aéroport est bien préparé aux situations d’urgence », commente Yves Van Hooland, Director Infrastructure & Real Estate pour Brussels Airport Company. « En cas de situations d’urgence, on pense d’abord aux catastrophes/accidents impliquant des avions. La protection des avions est très élevée. Pensez notamment à la prévention des détournements par un screening strict des bagages. Les terroristes attaquent au sein même de l’aéroport et celui-ci est logiquement très accessible et aussi très étendu. Ce qui rend l’attaque terroriste si particulière, n’autorisant aucune seconde de réflexion ni aucune préparation. Pourtant, notre plan d’urgence est très vite entré en action ce 22 mars ! » Au moment de l’attaque ce matin-là, 5000 passagers étaient bloqués à l’aéroport, 10.000 bagages étaient traités et les parkings abritaient 6.000 voitures. Tout cela dans le périmètre de sécurité immédiatement mis en place.
« Une partie de notre personnel s’est mis à ranger et nettoyer tandis que d’autres préparaient du mieux qu’ils pouvaient un nouveau démarrage des activités aéroportuaires », se rappelle Yves Van Hooland. « Quelle que fut la gravité de l’attaque et du choc perçu par chacun, il y avait une pression non négligeable pour que l’aéroport soit aussi vite que possible opérationnel. » L’installation de 36 comptoirs check-in temporaires fut un des mesures qui allaient y contribuer. Les 24 et 25 mars, des tentes ont été installées à l’extérieur du bâtiment aéroportuaire pour les contrôles de sécurité et le traitement du check-in. Le 29 mars suivait un test ‘real-life’ avec 800 volontaires et le 2 avril l’autorisation était accordée pour relancer les activités.
Le 1er mai, 111 comptoirs check-in permanents étaient à nouveau opérationnels et au moment des grandes vacances, l’aéroport était en mesure de tourner à plein régime.

Avenir rose pour Brussels Airport
« Le redémarrage rapide des activités de l’aéroport compte tenu des circonstances n’a été possible qu’avec une équipe solide, une flexibilité maximale et un focus sur le redémarrage proprement dit », témoigne Yves Van Hooland. « Il était essentiel de communiquer énormément et de prendre aussi bien que possible soin des collaborateurs. »
Dans la période de redémarrage, une réflexion approfondie a été menée sur l’accroissement de la sécurité avec une gêne minimum pour les ‘invités de l’aéroport’, en d’autres termes les passagers. La ‘Smart security’ s’est révélée très efficace. Il s’agit de la reconnaissance des plaques d’immatriculation et même des visages.
Yves Van Hooland : « Le risque 0 espéré n’existera hélas jamais et nulle part. Pourtant, l’avenir est très prometteur pour Brussels Airport. »
Le nombre de passagers traités par notre aéroport national a augmenté de 40 % au cours des 5 années précédant les attaques pour atteindre 25 millions en 2015. Mars 2015 a également vu la mise en service de ‘Connector’ permettant le screening de tous les passagers dans un lieu centralisé.
Après que DHL a déménagé vers la ville allemande de Leipzig, la société a à nouveau annoncé vouloir installer un hub logistique à Zaventem sur une superficie de 30.000 m2.
Brussels Airport veut être davantage qu’un aéroport et cette vision prend forme. Deloitte a investi début 2017 l’immeuble de bureau ‘Gateway’ et bientôt, le ‘Passport Building’ sera également achevé, dans lequel KPMG et Microsoft s’installeront en 2018.
Un Masterplan est prêt pour 2040 et prévoit pas moins d’un milliard d’euros d’investissement !
Eduard Codde
21-03-2017