Accueil » News » Le télétravail, une tendance montante

Le télétravail, une tendance montante

Un peu plus de 2500 personnes s’étaient inscrites sur le site Internet de l’événement et ont donc travaillé de chez elles jeudi dernier.
Un peu plus de 2500 personnes s’étaient inscrites sur le site Internet de l’événement et ont donc travaillé de chez elles jeudi dernier.

Jeudi 22 novembre a eu lieu la 3ème édition de la Journée Nationale du Télétravail. Ce mode de travail flexible devrait gagner de plus en plus de terrain dans les années à venir mais rencontre encore quelques résistances, que ce soit du côté des employeurs ou des employés.
« Bonjour, je suis actuellement hors du bureau...et, pour une fois, je ne suis pas dans les bouchons non plus, parce que je travaille depuis chez moi! Je vais donc pouvoir répondre plus rapidement à vos messages!», voici un des courriels que vous avez peut-être reçu jeudi dernier à l’occasion de la Journée Nationale du Télétravail. Cette initiative émanant d’AOS Studley, Getronics, Microsoft, PwC et du SPF Sécurité Sociale était l’occasion de promouvoir la tendance montante du travail flexible. Un peu plus de 2500 personnes s’étaient inscrites sur le site Internet de l’événement et ont donc travaillé de chez elles jeudi dernier. Gain de temps, gain de productivité, meilleur équilibre entre vie privée et professionnelle, réduction de l’empreinte écologique avec la réduction des émissions de CO2 … voilà quelques-uns des avantages avancés par les défenseurs de ce mode de travail. En les énumérant de la sorte, on pourrait se demander ce qui freine encore les employeurs.

Résistances au télétravail
« La productivité, c’est là que se situe la peur. Il faudrait investir pour développer des systèmes d’évaluation de la productivité » affirmait Monica De Conick, ministre de l’emploi, lors d'une conférence de presse à l'occasion de cette journée. Et c’est effectivement là que le bât blesse. Les entreprises craignent que le télétravail ait une influence négative sur la productivité de leurs employés. Pourtant selon une enquête réalisée par le magazine Trends auprès de 450 personnes (CEO & RH), près de 80% des personnes ayant mis en place un système de télétravail estiment que le télétravail peut rendre une entreprise plus productive.

Craintes : les employés aussi
Les résistances persistent donc encore du côté des employeurs, mais également, et il est important de le noter, du côté des employés. Bien que la jeune génération entrant sur le marché de l’emploi, dite « Génération Y », considère le télétravail comme une nécessité voire un acquis, les générations précédentes restent souvent frileuses. Deux des craintes principales sont la perte de la vie sociale d’une part, et l’invasion de la sphère professionnelle dans la sphère privée d’autre part. Dans cette optique, il est important de souligner que télétravail ne veut pas forcément dire travail à domicile. L’émergence des centres de cosharing et de coworking pouvant répondre au besoin d’un cadre de travail distinct de la sphère privée et des contacts sociaux.

En attendant, cette initiative autour du télétravail aura permis à de nombreux employés belges de tester le travail à domicile. Selon le site consacré à la journée, l’initiative aurait permis un gain de près de 1900 heures pour les travailleurs ainsi qu’une réduction de 754 tonnes de CO2.
Kim Verhegge
29-11-2012


 Plus d'informations