FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Bureaux d’avocats : quid de la protection de l’information ?

Bureaux d’avocats : quid de la protection de l’information ?



Traiter des informations sensibles et/ou confidentielles, c’est un peu la spécificité du Barreau. Mais l’information est-elle aussi protégée et confidentielle que ça ? Apparemment pas, comme le montre une étude européenne menée par PwC (Audit, Tax & Consulting Services) et Iron Mountain (Société spécialisée en gestion de l'information). L’étude a été effectuée auprès de 600 entreprises européennes de taille moyenne (500 – 2500 collaborateurs) dans divers secteurs et donne naissance à un baromètre l' « Information Risk Maturity Index ». Cet Index a été calculé sur base d’un certain nombre de mesures qui doivent contribuer à stocker l’information, à la traiter et à la détruire de façon sûre.
Le score moyen tout secteurs d'activité confondus atteint 40.6 sur 100. Les bureaux d’avocats n’atteignent que 33.6 %. Le secteur financier atteint 46.3 points… La plupart des entreprises affirment que la protection des données se fait essentiellement par le biais d’une bonne sécurité IT. La protection d’informations non digitales ainsi que l’importance de la culture d’entreprise et du comportement du personnel sont ici fortement sous-estimées. <

L’étude montre que 42 % des bureaux d’avocats européens ne savent pas s’il y a eu des fuites d’informations dans leur structure au cours des 3 dernières années. Plus de la moitié (56 %) ne savent pas à quel point leur politique de risque est efficace. Un peu plus de la moitié (54 %) des dirigeants interrogés ne contrôlent pas si l’information est détruite d’une manière sûre.
A contrario, les bureaux d’avocats qui ont été victimes des fuites d’information savent bien quelles sont les conséquences : détérioration de la réputation, responsabilité juridique et publicité négative.

Jeroen Strik, directeur d’Iron Mountain : « Le Barreau européen, y compris donc en Belgique, est à peine conscient ou se soucie peu des risques liés à la sécurité… L’argent et la technologie ne peuvent pas protéger les données sensibles si les collaborateurs ne sont pas formés, contrôlés et soutenus convenablement pour appliquer une bonne protection de l’information. » Il est donc grand temps d’assurer une gestion responsable de l’information qui prend appui sur l’administration supérieure d’une organisation.
Didier Van Den Eynde
07-06-2012


 Télécharger le rapport complet de PwC-Iron Mountain 'Europe Information Maturity Index 2012'