FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » EFMC 2011 – mouvement de balancier

EFMC 2011 – mouvement de balancier



Les sessions de recherches qui ont eu lieu pendant l’EFMC 2011 ont montré que le travailleur intellectuel veut pouvoir se concentrer et attache de l’importance au confort, mais ne veut pas non plus s’isoler. Le bâtiment de l’entreprise jouera donc demain aussi un rôle important en tant que lieu de rencontre pour les travailleurs intellectuels, même si ces derniers posent des exigences plus strictes en termes d’accessibilité.
Maintenant qu’en Belgique aussi, de plus en plus de sociétés font le pas et autorisent leurs collaborateurs à effectuer une partie de leur temps de prestation en dehors de l’environnement de bureau, un nouveau mouvement apparaît qui veut faire revenir les intellectuels dans le bâtiment de la société.

Esprit d’équipe
Jose Luis Sanchez-Concha, Workplace Solutions Manager Nokia (E) : « Le lieu de travail doit aujourd’hui surtout relier les collaborateurs, de manière à ce qu’ils se sentent liés à la société. Pour la jeune génération, cela peut se faire de façon virtuelle, sans contact physique, mais pour les autres générations d’employés, le contact direct est indispensable pour l’échange d’information en toute confiance. »
Le poste de travail doit être un ‘contact center’ où les gens aiment se réunir. L’environnement de bureau doit être inspirant et naître d’une approche ‘Workplace experience’. ‘Experience’ signifie design fantastique, sexy et coloré, un encadrement avec des services de première classe (par ex., c’est au bureau que je bois le meilleur café !), un support technologique qui facilite le travail et n’impose pas une utilisation contrainte des appareils (par ex. celui qui veut travailler avec un iPad le peut).

Entremêler
Un projet lancé en 2005 chez GSK a montré l’importance d’un contact face-to-face entre les collaborateurs des différentes divisions. Dans ce cas, il s’agissait d’entremêler le R&D avec le marketing et le sales. Nicola Gillen, Director of Strategy DEGW London : « En ne subdivisant plus le lieu de travail en départements, mais en imbriquant les divisions entre elles, le client est amené au cœur de la société et ne perd plus son temps dans des déplacements internes. »
La division développement de pâte dentaire a mis en place un espace de test pour particuliers, y compris même un cabinet dentaire. Le fait d’entremêler les divisions a mené à un développement produit mieux fondé scientifiquement, avec pour conséquence une argumentation de vente plus solide. Ceci se traduit par une campagne de publicité mieux conçue et des chiffres de vente plus élevés. Nicola Gillen : « En fonction du produit, le business a augmenté de 2 à 14 % suite à la fusion entre les divisions. Le trafic e-mail a diminué de moitié suite aux contacts directs et à la meilleure compréhension mutuelle. Chaque collaborateur gagne 40 minutes par jour grâce à cette fusion, tandis que les décisions sont prises 45 % plus vite. »
Réflexion plus large
Le facility manager voit encore trop souvent le lieu de travail d’une autre manière que celle correspondant aux attentes de l’intellectuel. Il faut penser à l’intérieur et à l’extérieur de l’immeuble de bureau, parce que le poste de travail doit pouvoir être partout et à tout moment. Le travail actuel va toujours plus de pair avec la formation temporaire de groupes de travail autour d’un projet, composés de collaborateurs des différentes divisions. Le facility management doit aussi faciliter cette forme de travail. Une collaboration solide avec les RH et l’ICT est mise en avant pour mieux concevoir le lieu de travail actuel. L’efficacité en termes de coûts n’est possible qu’en adoptant le point de vue de l’utilisateur final.
Eduard Codde
09-06-2011