FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » La Belgique investit dans l’ICT

La Belgique investit dans l’ICT



Evolutions et tendances dans le secteur ICT seront à l’honneur au cours du prochain CeBIT, le plus grand salon mondial consacré à l’ICT, qui se tiendra du 1er au 5 mars 2011 à Hanovre (D). On consacre, de par le monde, 2523 milliards d’euros à l’ICT. Les USA s’en octroient la part du lion avec 29 %, suivis par l’Europe (27 %). EITO, organisation spécialisée dans les études de marché en Europe, note pour 2011 une légère augmentation de 1,1 % des dépenses ICT en Europe. La Belgique fait mieux avec une augmentation de 1,9 %. Les dépenses sont aussi presqu’équitablement réparties entre les télécoms et l’informatique. Les dépenses télécoms ont à peine baissé sous la pression de la crise : - 1,6 % contre – 7 % pour l’IT. Dans le cas des dépenses télécoms, près de 90 % sont le fait des opérateurs et à peine 10 % de l’achat d’appareils. Dans le cas de l’IT, la moitié des dépenses vont aux services, un petit tiers aux hardwares et 15 % aux logiciels.
En Belgique, la vente d’ordinateurs est partagée : 69 % de notebooks et 31 % de desktops. Cette dernière catégorie semble cependant avoir entamé un come-back.
Au sein de l’Europe, l’Allemagne est leader avec une part de 20 % en termes de dépenses, suivie par la Grande-Bretagne (18 %) et la France (16 %), mais la Belgique ne s’en sort pas mal avec une 7e place.

Tendances
Pour l’instant, les dépenses se rapportent surtout au hardware et ceci constitue un revirement car par le passé, le logiciel et les services constituaient les motivations pour investir.
Au cours de l’année de crise 2009, les dépenses ont baissé de 40 % pour les serveurs en Belgique. En 2010, les entreprises belges ont investi +26 % dans les serveurs et infrastructure IT apparentée.
La croissance la plus forte est perceptible au niveau des services de données mobiles (Internet mobile) et, donc, des smartphones. Aujourd’hui, un portable sur trois est un smartphone. Par ailleurs, le cloud computing donne lieu à de nouveaux investissements.
L’outsourcing de services est en plein boom. On investit – pour l’instant ? – à peine dans le travail par projet. On considère généralement 2010 comme une année de rétablissement et EITO s’attend à une nouvelle augmentation des dépenses ICT en 2011, ce qui permettra de retrouver le niveau d’avant la crise.
Eduard Codde
09-12-2010


 Plus d'info : cebit.com