FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Baisse de la facture énergétique en sous-traitant à un centre de données

Baisse de la facture énergétique en sous-traitant à un centre de données



Selon Thierry Engels, Manager IT Facilities chez NRB à Herstal, il n’est aujourd’hui plus possible pour les entreprises ou organismes pour lesquels l’IT ne fait pas partie du core business de développer une infrastructure informatique efficace et économique. L’efficacité et la rentabilité ne sont possibles qu’en sous-traitant à un centre de données.
Un centre de données est un bâtiment qui héberge les systèmes informatiques et réseaux de différentes entreprises et organismes qui ont décidé de faire confiance à un prestataire externe. Le passage d’une gestion interne à la sous-traitance augmente rapidement depuis la fin des années ’80, tant auprès de clients publics que corporate. Chez NRB, le centre de données s’est agrandi pour atteindre une superficie de 1.500 m2. L’optimalisation de la prestation énergétique globale d’un centre de données permet de réduire fortement la consommation d’énergie et de comprimer ainsi les coûts IT. De plus, un centre de données externe entraîne une sérieuse diminution des coûts d’achat et d’entretien de l’équipement IT, surtout grâce aux économies d’échelle réalisées.
Consommer moins d’énergie est notamment possible par le choix des serveurs, en désactivant les disques durs qui ne sont pas utilisés, ainsi qu’en adaptant la vitesse des processeurs sur base de la charge des serveurs. Un radiateur externe qui est utilisé en combinaison avec un groupe frigorifique, refroidit l’eau chaude du centre de données au prix le plus faible. Evidemment, une isolation ingénieuse contribue à la réduction de la facture énergétique.
Tout aussi important : la technologie de virtualisation qui a déjà largement fait ses preuves. Un serveur physique groupe toujours un nombre impressionnant de serveurs virtuels. En dehors de la flexibilité, de la disponibilité et de l’intéressant ‘total cost of ownership’ inhérents à la virtualisation, cette technologie a un impact particulièrement favorable sur le rapport consommation d’énergie/capacité disponible. La plupart des serveurs tournent avec une charge de processeur variable qui est souvent inférieur à 20 %. Malgré la non exploitation de leur capacité, la consommation reste constante. Dans le cas d’un client, 305 serveurs ont été ramenés à 11 serveurs à peine par l’application de la technologie de virtualisation dans le centre de données. La consommation a ainsi baissé passant de 61 kWh à 22 kWh par an, soit une économie annuelle de 35.000 euros !
Eduard Codde
22-07-2010