Accueil » Bibliothèque » Controverse | Permis à points : Le retour d'une vieille idée

Controverse | Permis à points : Le retour d'une vieille idée

Le permis à points est inscrit dans le système législatif belge depuis 1990, mais faute d’arrêtés d’application par manque de connexions entre les fichiers de la Police, de la Justice, des immatriculations et des permis de conduire, la loi est restée lettre morte. Etienne Schouppe entend lui rendre vie et annonce vouloir instaurer le permis à points en Belgique en janvier 2012.

Selon le secrétaire d'Etat à la Mobilité, ce permis aurait un grand pouvoir de dissuasion et de prévention. Ce que certains contestent. Ainsi, selon Touring, « l'effet sur la sécurité n'est pas du tout démontrable. Aucune étude ou recherche ne prouve que le permis à points améliore la sécurité ». Chez VAB non plus, on n’est pas très enthousiaste : « L’expérience française a montré que le permis à point en vigueur depuis 1992 n’a pu vraiment fonctionner qu’à partir du moment où on a effectué plus de contrôles ». Mais le secrétaire d’Etat fait observer que le nombre de morts sur nos routes est nettement supérieur à celui des pays où le permis à points est en vigueur. Les faits lui donnent raison : en Espagne, où le type permis à points a été introduit assez récemment, on aurait constaté une diminution de 15% du nombre de tués sur les routes.
Certains observent qu’il y a d’autres façons d’identifier et de réprimer les récidivistes de la criminalité routière. Et il est vrai que le permis à points n’est peut-être pas le plus efficace, comme en témoigne la situation française : on constate que de plus en plus de conducteurs français roulent… sans permis, après avoir perdu tous leurs points.
Et ce n’est pas le seul problème : le principe de retrait de points aggrave injustement la sanction pour certains, plus exposés aux infractions par leur usage intensif de la voiture, comme nous l’écrit Sven De Peuter, Purchase Assistant Océ-Belgium : « Quel sera l’impact pour les personnes qui ont besoin de leur permis pour l’exercice de leur activité professionnelle ? Je pense ici en particulier (pour notre entreprise) aux techniciens et aux commerciaux qui conduisent une voiture de société. Ils parcourent de nombreux kilomètres pour compte de l’entreprise, mais les éventuelles infractions sont commises en leur nom propre. La perte possible de leur permis par l’accumulation de petites infractions peut avoir de lourdes conséquences financières. »


... pour lire la suite, téléchargez gratuitement le PDF de cet article  ... pour lire la suite, téléchargez gratuitement le PDF de cet article


05/04/2010
Fleet Management - Mobility Management
 


News en bref
À l'aube d'une nouvelle identité
| 19/10/2017
Travailler plus efficacement avec moins de stress
| 19/10/2017
L'index NFC confirme une tendance à la hausse des coûts facilitaires
| 19/10/2017
Cushman & Wakefield s’offre les services d’ADMOS
| 18/10/2017
Imaginer de meilleurs espaces de travail avec NNOFCARE
| 17/10/2017

Voir toutes les news