Accueil » Bibliothèque » La téléconférence au pied du mur

La téléconférence au pied du mur

Première réunion virtuelle mondiale du personnel chez Cisco, entre Bedfont Lakes (UK), Amsterdam et trois villes américaines : Atlanta, Irvine et Boxborough. La vidéoconférence n’est plus réservée au luxe feutré des salles de réunion des conseils d’administration.
Ne dites plus « vidéoconférence », et encore moins « téléconférence » : cela sonne déjà vieillot… On parle aujourd’hui de « téléprésence immersive ». On n’utilise plus des écrans, mais des « murs de téléprésence ». Selon le cabinet Forrester, 85% des entreprises sont équipées ou vont l’être. Le return on invest serait de 20 mois, et souvent moins.

Les solutions de visioconférence et ses dérivés enregistrent un intérêt croissant dans les entreprises, grâce à l’émergence de solutions basées sur le protocole IP (remplaçant la technologie RNIS) et à la conjonction de facteurs technologiques (intégration dans la téléphonie IP, émergence de la haute définition) et conjoncturels : crise économique, grippe aviaire, éruption islandaise, souci du développement durable. La « téléprésence immersive » constitue l’étape suivante. Elle poussée par des constructeurs comme Polycom, HP, Tandberg ou Cisco (lequel vient de racheter Tandberg pour 3,39 milliards de dollars US). Elle se caractérise par un local équipé d'un mobilier et d'un éclairage spécifiques et d'écrans de grande taille, constituant le fameux « mur de téléprésence ». L’image des interlocuteurs s’affiche en taille réelle, ce qui crée le réalisme des sessions et son confort d'utilisation.

23.000 heures de travail récupérées
L’entreprise internationale SBM Offshore a ainsi équipé quatre de ses sites de la solution CTS 3000 de Cisco : Houston, Kuala Lumpur, Monaco et Schiedam (Pays-Bas), avec pour objectif de réduire les voyages et la perte subséquente de 23 000 heures de temps de travail par an. L’investissement de 1,15 millions de dollars US a pourtant de quoi freiner les ardeurs des plus enthousiastes. Mais le ROI a été lui aussi surprenant : avec une réduction des voyages de 28%, ce sont 105.000 dollars qui ont été épargnés chaque mois, ce qui a va permettre l’autofinancement de ce nouveau matériel en moins de temps que les 20 mois budgétés.



... pour lire la suite, téléchargez gratuitement le PDF de cet article  ... pour lire la suite, téléchargez gratuitement le PDF de cet article


15/10/2010
ICT et Télécom - Meetings et séminaires
 


News en bref
À l'aube d'une nouvelle identité
| 19/10/2017
Travailler plus efficacement avec moins de stress
| 19/10/2017
L'index NFC confirme une tendance à la hausse des coûts facilitaires
| 19/10/2017
Cushman & Wakefield s’offre les services d’ADMOS
| 18/10/2017
Imaginer de meilleurs espaces de travail avec NNOFCARE
| 17/10/2017

Voir toutes les news